Procès 100 jours : le PG Kisula accusé d’avoir zappé l’instruction complémentaire demandée par Kamerhe

Procès 100 jours : le PG Kisula accusé d’avoir zappé l’instruction complémentaire demandée par Kamerhe

Les avocats de Kamerhe sont très furieux face à l’attitude du procureur général près la Cour d’Appel de Matete, Adler Kisula.

En effet depuis le 24 avril, leur Vital Kamerhe avait saisi le PG Adler Kisula en réservant copie au Procureur général près la Cour de cassation, Victor Mumba pour une instruction complémentaire visant à obtenir des éclairages des ministres chargés de la chaîne de la dépense sur la gestion de 100 jours. A cette demande, Kisula n’a pipé mot.

« Jusqu’aujourd’hui, Kisula n’y a jamais réservé une suite », s’indigne la défense.

Même la demande du PG, Victor Mumba est restée lettre morte en dépit de sa longue attente.

 J’accuse réception de la copie me destinée de la lettre sans numéro mais datée du 24 avril 2020 vous adressée par Monsieur Kamerhe Lwakanyingini Nkingi Vital, alors Directeur de cabinet du Chef de l’État, actuellement détenu à la prison de centrale de Makala…je vous demande de me faire connaître la suite y réservée », indiquait avec insistance le Procureur Mumba dans sa correspondance.

La suite réservée à la requête se faisant toujours attendre jusqu’à la veille de la date prévue pour le verdict, la ligne défensive estime que l’attitude du Procureur Kisula est tout simplement l’illustration du procès politique auquel a été soumis le leader de l’UNC.

De l’avis de quelques juristes, la lettre du Procureur général près la Cour de Cassation demandant au Parquet de Matete de lui faire part de la suite réservée à la demande d’une instruction complémentaire telle que sollicitée par Vital Kamerhe est une preuve irréfutable que l’enquête préjuridictionnelle était insuffisante.

Les mêmes experts en droit pensent que les lacunes de l’instruction menée au parquet, n’ont pas pu être comblées par le juge qui a également instruit la cause en précipitation sur pression politique.

Pire, disent-ils, il est surprenant de constater qu’en pleine instruction à l’audience et après plaidoiries des parties, le parquet de Matete a continué à émettre des commissions rogatoires à destination des pays étrangers.

Kokolo Jean

OURAGAN FM

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
26 − 19 =